Partagez | 
 

 [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

En savoir plus sur moi

Messages : 285
Avatar : Kim Jinwoo
Votre éveil : 28/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Mer 12 Avr - 15:27

영원한 건 절대 없어
Rp libre & ouvert

Il n'y a plus rien, rien sauf ce silence morbide. Rien sauf cette peur au creux du ventre. Y a la folie qui s'immisce dans le cœur des hommes. Et puis, dans le mien aussi. Assis en tailleur dans le quartier Nord, enfin, je crois. Je crois que je commence enfin a me repérer après quatre jours a errer ainsi, sans but et sans espoir. J'ai l'impression d'avoir des notions, sur le soleil, sur la manière dont il fonctionne, ce qui me fait dire surement connement, je me trouve en ce moment au Nord. Comme des informations, venus d'un autre temps. Une culture sur un monde qui n'existe même pas. Un frisson dans l'échine, le temps me semble plus froid qu'a l'accoutumé. Depuis l'arrivé de la pluie, la température semble en chute libre ce qui n'est pas forcement pour me déplaire, je n'en pouvais plus de cette chaleur écrasante causé par ce foutu soleil. Je n'en pouvais plus de cette absence d'eau ou tout simplement d'humidité. A peine quelques gouttes de rosée sur les maigres brins d'herbes sortant a travers ce sol grisâtre. Juste ça, pendant quatre jours. Des brins d'herbes et de la rosée, un repas qui tient plus de la moquerie que d'autre chose. La forte sensation que quelqu'un joue avec moi, avec nous.  

Ce nous, me réchauffe le cœur. Enfin d'autres survivants. D'autres éveillés. Croisés avec cette pluie aux airs de miracle. Malgré tout, j'avais besoin d'explorer, seul, encore un peu. Je sens que ce monde cache bien trop de choses, et moi, idiot que je suis, j'ai bien trop peur d'être prit de court par ces événements en préparations. Une petite voix, au creux de mes songes, aime me dire de me mettre constamment a l'abris. Surtout depuis hier, reste à savoir si j'ai raison et si oui, pourquoi.  

Je me retrouve comme ça, les mains dans les poches à regarder le ciel avec une certaine admiration. Il semble plus clair depuis l'arrivée de la pluie. A croire que celle-ci est bien plus bénéfique qu'aux premiers abords. Elle semble apporter avec elle, son lot de bonnes surprises. C'est sans trop savoir pourquoi que je me décide à rentrer dans l'une des maisons qui font de la ville ce qu'elle est actuellement. Les deux premiers jours, je n'osait même pas y entrer, maintenant, je le fait naturellement. Ces habitations toutes simples ne semblent pas avoir de locataires, alors pourquoi me priver de ce luxe d'avoir un toit ? Il n'y a pas de meubles mais, je suis a l'abris. A l'abris de la chaleur et du froid quand celui-ci se fait trop désagréable. A l'abris des menaces potentielles qui peuvent exister dehors alors oui, j'aime venir me perdre dans toutes ces petites maisons. Au point que je vienne à me demander si je ne pourrais pas me poser officiellement dans l'une d'elle. Chaque chose en son temps, pour l'instant, j'ai d'autres priorités. Simplement étaler sur le sol grisâtre, les yeux fermés, je crois que j'ai besoin d'un peu de sommeil. Sommeil quasiment impossible à trouver avec toutes ces questions qui me tourmentent à longueur de journée. J'essaye de me détendre, pour la première fois depuis mon éveil. Parce que c'est entrain de devenir vital, si je ne veux pas perdre la tête.
Made by Neon Demon

_________________
#TeamPénis  
Revenir en haut Aller en bas

En savoir plus sur moi

Messages : 16
Avatar : Marine Vatch
Votre éveil : 12/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Mer 12 Avr - 19:27

La nuit fait place au jour. Elle marche, errante, sans but ni sens. Est-ce que ce monde a un sens ? Les maisons se ressemblent. Blanches, scintillantes sous le soleil du matin, elles lui semblent étrangères. Vides. Tristes. Est-ce de la tristesse qu’elle ressent ? Pas sûr. Y a-t-il un chemin à suivre dans ce lotissement blanc, blanc et gris. Gris comme son regard qu’aucune couleur n’anime. Aurore n’a, dans les ombres grandissantes du petit jour, que le sentiment vide de n’être que le fantôme d’une existence. Que ce besoin de faire quelque chose pour se déclarer vivante, présente, mais aucune envie de cri ou même de mot ne la caresse. Elle reste aussi silencieuse que la mort, dans l’enfer blanc de ce monde.

Et puis ce froid, cette fraicheur humide qui s’est installé dans les cheveux, cela la gêne un peu. Ils collent son visage, sur les contours, ils lui semblent lourds, comme un fardeau à porter alors qu’elle se sent aussi légère qu’une plume. Elle aimerait que le vent caresse ses cheveux, elle aimerait qu’un air venant du sud, du nord ou même de l’ouest lui donne une direction. Mais il n’y a rien que ce soleil faible. Et ce monde sans couleurs. Et ce monde sans chaleur. Et la lumière qui lui brule les yeux.

Rien n’est familier, rien n’est différent, rien n’accroche son regard. Est-ce le Rien, toute cette histoire ? La vie sans but, la vie sans Histoire. Et quand l’Aurore laisse place aux heures plus douces du jour, la jeune femme se lasse de cette errance qui ne lui amène ni du neuf, ni du sensationnel. Une part d’elle sent déjà que ne rien ressentir, comme elle le fait, n’est pas dans sa nature. Une part d’elle déjà, recherche dans les ombres les fantômes d’autres âmes échouées. D’autres âmes perdues, les affamées.

Elle entre. Sa main sur la porte lui semble étrange. Tout lui semble étrange. Elle se sent étrangère, étrangère à ce monde, étrangère à cette maison. Et puis, pourquoi celle-là ? Elle ne lui rappelle rien et lui semble aussi transparente, intouchable que les autres. Et pourtant si, la porte contre sa main s’ouvre. Touchée. Ressentie. Perçue. Elle existe dans ce blanc, dans ce gris. Elle existe.

Exister, exister vraiment, c’est faire du bruit. Et pourtant c’est sur la pointe des pieds qu’elle entre. Les murs blancs semblent lui crier « Etrangère, étrangère va-t’en ! ». La maison vide ne lui apporte rien, rien de plus que les rues vides. Sans couleurs. Sans bruit. Sans vie.

Et puis Si, quelqu’un existe, quelqu’un existe ici. Il y a une présence, et la présence est plus douce que l’absence. La présence est presque chaude. Il y a de la vie. De la vie ici. Elle se fait légère, elle se fait douce, si douce, que de ses pas ne nait que le silence le plus absolu. Elle respire à peine, Aurore, tant elle ne veut qu’il la voie. L’étranger. Il est étendu sur le sol, les yeux clos. Il y a tant de couleur sur sa peau. Ses cheveux blonds, sa peau ambrée. Sa cage thoracique qui monte et descend, tout doucement. Il semble paisible. Il doit avoir un cœur tout au fond, qui fait du bruit, qui donne du sens à la maison.

Lentement, égrenant les secondes dans sa chute sans heurt, elle se met à genoux, puis s’allonge sur le côté, pour mieux le voir, pour mieux sentir ce qu’il sent – ce froid contre sa peau, pour mieux percevoir ce qu’il perçoit, sans pourtant oser baisser la garde, sans pourtant fermer les yeux.

Il vit. Et sa cage thoracique monte et descend, inlassablement. Son cœur doit battre, tout à l’intérieur, bien à l’abri, mais elle se sent étrangère, toujours. Elle se sent en dehors, elle se sent ailleurs. Comme si l’éveil ne l’avait réveillé de sa torpeur. Elle le jalouse, lui et sa chaleur, lui qui semble si plein de vie et si calme pourtant. Il la fascine. Elle voudrait comprendre. Alors lentement elle étend son bras et pose sa main délicate sur cette poitrine, qui monte et qui descend.

Il vit.
Revenir en haut Aller en bas

En savoir plus sur moi

Messages : 41
Avatar : Jenna Louise Coleman
Votre éveil : 11/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Mer 12 Avr - 23:04


Rien n'est éternel
Première rencontre

Je cours, aussi vite que je le peux. Cela ne fait pas très longtemps que je me suis réveillée sur ce sol froid et gris dans une maison qui m'est inconnue, dans une vie qui m'est tout aussi méconnue... et je n'ai encore croisé personne. Je commence vraiment à désespéré. Et si j'étais seule ici ? Et si je mourrai seule sans jamais avoir de réponse à mes questions ? Le bruit de mes pas résonne dans ce silence pesant. Je m'essouffle et mon ventre grogne. Quant à ma gorge elle est aussi sèche que... Je n'ai pas de comparaison, je ne connais rien de semblable. Je ne connais rien tout simplement. Je m'arrêtais quelques instants et me remis à marcher, la tête pleine d'interrogations. Comment ce fait-ce que je me souvienne de mon prénom et pas de mon nom de famille? Comment cela se fait que je me souviens de comment marcher mais pas d'à quoi ressemble mon visage?

Une larme pointa le bout de son nez au coin de mon oeil. Je suis terrifiée, j'ai faim, c'est tout ce que je sais pour le moment. Je sentais l'air frai sur mon visage, ce qui me faisait du bien dans mon malheur. "Il a sûrement plu" pensais-je en observant le sol encore humide, sans que je comprenne comment je savais cela.
Une idée de traversa l'esprit. S'il n'y avait personne dans la rue c'est forcément qu'ils se cachaient dans leur maison ? Alors je me mis à regarder à toutes les fenêtres, espérant croiser ne serait-ce qu'un regard. Mais rien. Une maison puis deux, trois, cent peut-être. Tiens, je viens de me rendre compte que je savais compté. Ma journée n'était peut-être pas tout à fait perdue.

Et là : le miracle. A travers la vitre d'une maison en tout point pareille aux autres, deux corps se trouvaient allongés sur le sol. La main de le femme était posée sur le torse de l'homme. Ils ne se ressemblaient pas du tout : l'un avec les cheveux blonds, l'autre longs et bruns, leurs visages n'étaient pas similaires non plus mais je ne pris pas le loisir de les analyser plus que nécessaire. Qu'ils soient de nature agressive ou amicale, peu m'importait. Si je restai seule, je mourrai dans peu de temps de toute façon, alors autant que je sois en compagnie d'êtres vivants.
Mon premier réflexe fut d'hurler à plein poumon ma joie, ou ma peur je ne sais pas. Du coin de l'oeil je vis la porte entre-ouverte. Ni une ni deux, je pénètre dans la maison grise.

- Qui êtes-vous? Je m'en fiche, aidez-moi je vous en prie, ne soyez pas morts pitié ne soyez pas morts !

Je ne me rendais pas compte que je criais. Ma voix déchirait le silence pesant qui m'entourait depuis tout ce temps. Et cela ne me gênait aucunement.
by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

En savoir plus sur moi

Messages : 285
Avatar : Kim Jinwoo
Votre éveil : 28/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Jeu 13 Avr - 0:05

영원한 건 절대 없어
Rp libre & ouvert

Il n'y a plus que ça. Que ce souffle chaud qui s'échappe délicatement du creux de mes lèvres. La froideur du sol qui fait frémir ma peau. Ce silence ne me pèse plus. Au contraire. Une caresse que cet absence de bruit, juste moi, et le néant. Une confrontation dont j'avais besoin depuis mon éveil. Après un peu de réconfort, je me sens enfin capable de relativiser, au moins un minimum, sur la situation. Maintenant que je sais qu'il y en a d'autres, je supporte mieux la solitude, maintenant que je connais la pluie, je n'appréhende plus la sècheresse, et j'espère connaitre des jours meilleurs, des instants plus calme. Calme, comme celui-ci, de moment. Un peu hors du temps. Je me sens comme dans un cocon, une petite bulle qui se trouve a des kilomètres d'ici. N'entendant aucunement la présence féminine désormais à mes cotés, pris dans un semi sommeil. Une caresse que le vent, une douceur enfantine que cette absence de réalité. Vagabonder, sentir cette pierre grise et râpeuse sous mes doigts. Frisson dans l'échine. Bam-Bam. Le cœur qui bat la chamade, juste avec un maigre contact. Ouvrir les yeux, et te regarder, simplement, comme tout le reste. Voila comment je veux vivre ici. Un désir de solitude. Chasser ses questions aux allures de démons. Un fin sourire qui se transforme en rire innocent. Tout n'est que chaos ici, et pourtant, un rien m'apaise. Cet instant m'apaise, ce contact aussi, et ta présence encore plus, sans que je n'en sache la raison. Le moindre signe de vie se transforme en miracle. Tu es un miracle. Ils le sont tous. Je me tourne lentement vers toi. Est-ce que c'est une bonne manière pour rencontrer quelqu'un ? Pour créer des lien, que cette approche un peu étrange que la notre ? Je n'en sais foutrement rien mais, dans le fond, pourquoi s'en soucier ? Il n'y a personne pour juger, pour se battre et bousiller ici. C'est un monde neuf. Un monde sans haine, sans rage et sans souffrance. Un monde qui s'éveille, avec nous, un monde sain, et neutre de tout conflit. Un monde terrifiant de part sa simplicité mais, rassurant de part cette même réalité. J'ai pas les mots. Alors j'me tais, me remettant comme tout a l'heure. Bien allongé sur le dos en regardant ce plafond, aussi de gris vêtu. "Tu sais ce qu'on fais la toi ?" C'est plus fort que moi. Au bout de quelques secondes, je viens rompre le silence que je suis venu nous imposer, a voix basse, toujours un peu ailleurs. La tête dans les étoiles. Tout se passe très vite, mais, j'ai la sensation que le temps ne s'écoule plus depuis mon réveil.  

Puis un cris. Un hurlement presque animal qui vient rompre ce cocon. La bulle éclate. Bam-Bam. Le retour du cœur au galop. Je me redresse d'un coup. L'air plus surpris qu'apeuré. Depuis mon éveil ici, je commence a saisir que personne ne souhaite de mal a personne. Encore tous dans le même bateau. Reste à savoir pour combien de temps. Un lourd soupir quitte mes lèvres, restant ainsi, bouche bée l'espace d'un instant. Une, voir deux lourde seconde ainsi, avant de pouvoir totalement analyser la situation. Puis un rire. Un peu trop franc peut être. Un rire qui part du ventre, tordant celui-ci, avant de venir brûler la gorge. "Qui êtes-vous? Je m'en fiche, aidez-moi je vous en prie, ne soyez pas morts pitié ne soyez pas mort !" Je me relève enfin, allant tout doucement vers toi. Comme si j'vais peur de faire fuir un animal blessé. Un être en détresse qu'un rien peu faire dérailler. "Hé, tout va bien, calme toi." Je viens encore un peu plus vers toi, toujours un fin sourire au coin des lèvres. Une sensation de déjà vu. Moi, face a mon éveil, la même peur, la même angoisse, la même douleur dans le cœur. "J'suis bien vivant, ok, on est tous les trois en vie. Je .. ça va ? Comment tu t'appelles .. ? Tu es réveillée depuis longtemps ..?"
Made by Neon Demon

_________________
#TeamPénis  
Revenir en haut Aller en bas

En savoir plus sur moi

Messages : 16
Avatar : Marine Vatch
Votre éveil : 12/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Jeu 13 Avr - 17:23

Son cœur bat si fort, si vite. Elle le sent vibrer sous sa main, tambouriner le monde comme pour lui hurler « Je suis, j’existe, Ne m’oublie pas ». Il bat si fort. Le sien a-t-il seulement battu si fort ? Aurore pose sa seconde main tout contre son propre cœur. Un cœur lent, presque silencieux, qui ne semble s’émouvoir de rien. Qui ne semble pas exister, pas si fort. Mais peut-être est-ce là la raison, le sens à tout ça. Peut-être est-elle trop jeune. Quelques heures, une Aurore et puis rien, plus rien. Rien d’avant. Est-ce Aurore même son nom ou est-ce juste une heure ? L’heure. Non il y avait quelque chose avant, quelques gouttes de sang sur sa peau.

Il te voit. Il te regarde.
Que voit-il ? Les ombres ou la lumière ?


Il se tourne. Une inquiétude se dessine sur le visage d’Aurore. Ses lèvres s’entrouvrent, puis se referment. Il bouge si lentement, il semble si doux. Il n’y a, des éclats de vie qu’elle perçoit en lui, aucune lame qui pourrait la frapper. Et sa douceur l’apaise. Puis il cesse de la regarder, lui accordant le repos de son regard qu’elle ressent presque comme un soulagement. Elle n’a pas besoin d’etre, pas besoin de réagir, pas besoin de montrer un sentiment. Un quelque chose. Quelque chose qui balbutie dans son esprit mais qui n’a encore de forme. Elle est neuve de tout sentiment, neuve de toute envie. Comme une toile blanche qui n’attends que la main du peintre pour exister. Blanche et Pure. Avant que l’orage n’arrive et que le crépuscule ne reteinte son visage des noirceurs de la nuit.

Il parle. Quelques mots. Qui rompent le silence. Ses premiers mots. La première vraie question. Attends-t-il vraiment une réponse ? Peut-être, peut-être pas. Elle cesse de le toucher, éloigne sa main pour la ramener tout contre son propre corps. La froideur du sol a glacé son corps. Un froid étrange, rafraichissant. Elle murmure, entendant pour la première fois le son de sa propre voix, redécouvrant le langage comme si elle ne l’avait jamais perdu.

« Je ne sais même pas qui nous sommes. »


Sa voix lui semble étrange. Parler du fond de son cœur lui semble presque indélicat. Elle se sent un instant fragile, Aurore. Elle se sent un instant perdue. A n’avoir caché son vide alors qu’il semble mieux savoir. Aurore comprends alors qu’elle n’a jamais du parler beaucoup, quand bien même il eut un avant l’Eveil.

Du bruit. Un orage tempétueux qui s’empare de la maison et qui ronge le calme, détruisant la paix. L’homme bouge. Et Aurore mouve du même souffle, s’asseyant en repliant ses genoux. Ses bras entourent ses jambes fines. Son visage se ferme, lui qui auparavant tentait de sourire. Ses grands yeux s’ouvrent, se posant sur la femme avec la méfiance qu’ont les âmes calmes face aux agitées. Sa voix a déchiré le silence. Sans élégance. Dans l’angoisse d’un quelque chose qu’Aurore ne comprends pas. Que se passe-t-il enfin qui réclame tant d’énergie ?

Aurore ne restera pas la seule assise, petite proie que les mangeurs pourront mordre. Elle se lève avec la légèreté d’une enfant et reste en retrait, regardant la nouvelle. Celle dont le cœur doit battre si vite et dont le souffle est si rapide. Si elle ne se cache derrière l’homme c’est qu’il est petit, et fin. Si elle ne s’échappe pas par une fenêtre, c’est qu’elle n’est pas sure qu’elle soit ouverte. Et puis, aussi, elle ne ressent nul peur, seule une incompréhension grandissante. Mais il faut bien dire que la jeune femme la surprends et qu’elle parle un langage qu’aurore ne comprends pas. La mort, qu’est-ce la mort quand on n’est pas sûr d’être vraiment en vie ?

Il parle et déjà Aurore lui donne un nom, un nom qu’elle garde en mémoire tout au fin fond de son âme. Lui, c’est un faiseur de paix. C’est peut-être sa réaction à lui qui est normal et pas ce souffle qu’Aurore retient. L’aider ? En quoi ? Pourquoi ? Si la nuit doit faire place au jour, qu’adviendra-t-il des angoissés ? Di les ombres doivent dévorer les rues blanches, faut-il vraiment en avoir peur ?

Il faut le dire, aussi, Aurore la jalouse déjà, cette femme, cette femme tellement en vie qu’elle lui rejette sa propre inexistence. Et comme une enfant boudeuse, elle décide déjà qu’elle taira son nom. Et qu’elle laissera le faiseur de Paix leur raconter cette Histoire, leur Histoire. Celle dont elle n’en connait que les premières lignes, la première Aurore.
Revenir en haut Aller en bas

En savoir plus sur moi

Messages : 41
Avatar : Jenna Louise Coleman
Votre éveil : 11/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Ven 14 Avr - 1:51


Rien n'est éternel
Première rencontre

Ils se levèrent. D'abord le garçon, et puis la fille. Il fit un pas vers moi le sourire aux lèvres. Je recule légèrement. Et si j'avais fait une erreur ? Et s'ils étaient dangereux et que je courrais à ma perte ? Des tas d'idées farfelues me traversèrent l'esprit. Si j'avais faim, qu'est ce qui m'assurait que eux, en revanche, avaient trouvé de la nourriture? Et s'ils essayaient de me manger? Non, non, c'est débile, on ne mange pas des êtres humains. Enfin... Je pense. Mon instinc me dictait que pour vivre en société, il était préférable de ne pas dévorer les gens. J'étais totalement désorientée, proche de la folie. D'ailleurs, et si c'était eux qui avaient marqué ces étranges mots sur les murs? "The past does not exist." Le passé n'existe pas. Ces mots résonnaient dans mon esprit depuis que je l'ai aperçu. "Eliana. Le passé n'existe pas. Eliana. Je m'appelle Eliana. Je n'ai pas de passé. Il n'existe pas." J'ai tourné cela dans ma tête, encore et encore, jusqu'à ce que ces mots n'aient plus aucun sens.

Mon anxiété est telle que mes mains, serrées au point d'en avoir les phalanges blanchies, tremblent. Mes jambes sont légèrement pliées, mon coeur bat la chamade et mon souffle est court. Je suis prête à bondir, comme une proie qui ne peut admettre sa nature et tente encore de combattre. C'est à ce moment là qu'il parla. D'une voix étrangement posée et calme pour la situation.  

- Hé, tout va bien, calme toi. J'suis bien vivant, ok, on est tous les trois en vie. Je .. ça va ? Comment tu t'appelles .. ? Tu es réveillée depuis longtemps ..?

Mon rythme cardiaque ralentit. Son regard m'inspirait non plus la terreur mais la confiance. Une confiance encore infondée de celle qui croise une vie humaine depuis la première fois depuis le début de sa nouvelle vie. Je déserre les poings et une larme coula le long de ma joue. Une larme de soulagement. Enfin, je ne suis plus seule. Je ne sais pas si c'est une réaction normale ou excessive... Je n'ai plus de repères, je ne sais plus ce qui est normal, ce qui est permis, ce qui est proscrit. Et après tout, qu'importe? Si ça se trouve, toutes les personnes vivantes dans cette ville se trouvaient dans cette pièce. Dans un élan d'audace, je me jette sur lui et l'entoure de mes bras. Je sanglotte doucement, comme une petite fille apeurée.

- Seigneur, oh merci seigneur...

Seigneur ? Qui est donc ce seigneur que je prie ? Probablement une quelconque trace de mon ancienne vie. Qu'importe. Je relâchai mon emprise sur cet homme qui m'a redonné espoir en une fraction de seconde. Je plante alors mon regard dans le sien, laissait passé quelques fractions de secondes dans ce silence devenu réparateur.

- Eliana, je m'appelle Eliana. Mais c'est tout ce que je sais. Je me suis réveillée il y a quelques heures il me semble, je n'ai plus de notion du temps. Où sommes-nous ? Est ce que nous sommes seuls ici ? Aurais-tu de quoi mangé ? Comment t'appelles-tu? Tu habites dans cette maison ?

Je me tus d'un seul coup. J'avais posé beaucoup trop de questions, cela m'étonnerait qu'il réponde à toutes. Mais j'en avais encore des milliers qui me traversaient l'esprit... Je pris parti de les garder pour plus tard. Je ne voulais pas faire fuir cet homme, il était peut être ma seule chance de survie.

D'un geste de la main, j'essuyais la larme qui séchait sur ma joue. Je m'aperçu alors avoir oublier un détail... Il y avait également une femme qui se trouvait dans la pièce. Comment avais-je pu oublier? Elle se situait à la gauche du garçon, légèrement en retrait. Elle me semblait renfermée, presque... Froide. Elle n'avait pas encore dit un mot, ce qui expliquait sans doute en partie que j'aie oublié sa présence. Mon regard croisa le sien. Il était profond et sincère, cela se ressentait sans qu'elle ne prononce quoi que ce soit. Il semblerait que je sois tombée sur deux forces tranquilles. Cela me serait certainement bénéfique.

- Et toi... Qui es-tu?  

by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

En savoir plus sur moi

Messages : 285
Avatar : Kim Jinwoo
Votre éveil : 28/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Ven 14 Avr - 11:33

영원한 건 절대 없어
Rp libre & ouvert

Un sursaut quand je sens son corps contre le mien, alors que l'inconnue se ette dans mes bras. Un frisson. Un contact violent, sauvage mais, trop sincère pour que je vienne a le rejeter. Je m'autorise même, une fraction de secondes, a faire glisser mes mains dans son dos. Concrètement c'est la première fois depuis mon éveil que je suis aussi proche de quelqu'un. C'est presque effrayant, toutes ces nouvelles choses en si peu de temps. Petit être bordelique. Venant instaurer le chaos dans le silence.  Un animal blessé qui cherche refuge avec maladresse. Au point de te faire fuir, toi, première femme arrivée ici. Apeuré peut être, je t'adresse un regard un peu perdu. Oui vraiment, je vais me perdre dans la folie des hommes si elle ne s'apaise pas rapidement. Mais, soyons réaliste, elle ne s'estompera jamais. Il y en aura d'autres comme toi, toi qui me serre dans tes bras. D'autres, le cœur en pleurs, et peut être même certains, avec l'âme en peine et juste de la colère, de la colère digne des enfers, face a ce monde sans réponses. Quand tu t'éloignes, j'ai pas vraiment les mots. Il y a tout qui s'embrouille un peu parce qu'e réalité, des réponses, j'suis bien loin d'en avoir. J'fixe le sol, l'air un peu con, en me disant au passage que j'en ai souvent l'air depuis mon éveil. "Je …" Trop de questions d'un coup, j'me sens perdre mon souffle juste en m'imaginant répondre. Un soupir, un sourire de gosse et j'tente de trouver les bons mots pour expliquer le peu dont je suis au courant. "Je .. moi c'est Celou. C'est tout ce que je sais aussi mais, c'est le cas de tout le monde ici de ce que j'ai compris. Alors, j'imagine qu'il faut faire avec ça, un prénom. Du coup, non, on est pas seuls, il y a d'autres gens, comme nous, aussi perdus j'imagine et.. j'sais pourquoi on est la en fait. Puis.. Non j'habite pas la mais, j'aime bien v'nir ici quand je commence a angoisser en fait puis, j'ai pas de quoi manger, j'suis désolé.. Rien que la pluie .. elle est tombée après mon troisième jours ici, alors pour la nourriture je pense qu'il va falloir être patient."

Je tente de parler le plus calmement possible, pour apaiser ce feu qui semble t'animer. Incapable de savoir si je vais y arriver ou non. Je comprend ta réaction, dans un sens, j'ai vécu un peu la même au tout début. Maintenant c'est autre chose, maintenant je crois que j'apprend a relativiser et a prendre ce qui vient, simplement. Je m'écarte un peu face a la dernière question, quand toi, Eli commence a questionner la première femme dont je ne sais rien. Regardant celle-ci, l'air interrogatif. Nous n'avons pas eux le temps d'échanger plus de quelques mots. Je me sens pris de court par la situation. Un peu a l'ouest. Dire que je suis venu ici pour quémander un peu de douceur a ce monde, et surtout, un peu de tranquillité face a l'agitation des autres face aux derniers événements.
Made by Neon Demon

_________________
#TeamPénis  
Revenir en haut Aller en bas

En savoir plus sur moi

Messages : 16
Avatar : Marine Vatch
Votre éveil : 12/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Sam 15 Avr - 22:09

C’est facile, c’est confortable. Être là sans l’être. Etre aussi pale que les murs et se fondre dans le décor. Ne pas faire de bruit, ne dire un mot, être témoin et apprendre, par le silence et l’attention, les règles qui seront les leurs. Aurore est muette comme une tombe et même son souffle est plus lent, plus profond. Aurore est aussi pale que la mort, et ce depuis l’aube. Une peau claire, fine que des rivières de capillaires bleuissent un peu, par endroit. Un peu plus rose sur les joues, des lèvres plus sombres. Elle est pale, sans histoire, des couleurs faibles. Elle se teinte comme un mouchoir épouse les taches de peinture, elle se gorge des sentiments des vivants. La peur, le doute, elle essaie de les ressentir, quelques émotions traversent ses yeux. Mais non, définitivement non, cela ne marche pas. Il y a quelque chose qui cloche. Quelque chose qui cloche chez elle.

Et puis soudain l’attention, la femme la regarde, lui parle. Eliana lui demande même qui elle est. Qui est-elle ? Personne. Et son heure, son nom, il est trop précieux pour être partagé si vite. Pas par tant de bruits. Elle ne peut le murmurer, comme s’il ne lui appartenait pas tout à fait, dans un brouhaha inquiet. Elle ne peut l’apprivoiser, en face d’inconnus, sans craindre un sourire, un air narquois, ou un trop plein de gentillesse. Alors elle réponds, tout doucement.

-Je suis Blanche.

Ce n’est pas son nom mais cela est sa réalité. Aussi Blanche que les murs, aussi sans couleur que ce monde. Elle est Blanche, vierge, encore à écrire. Et sa voix est grave, calme, presque silencieuse. Le faiseur de paix la regarde l’œil inquiet. Elle le préférait paisible alors elle continue, sans vraiment savoir de quoi elle parle.

-La pluie le troisième jour quand un quatrième jour sans eau aurait été fatal.
Peut-être que ce monde veut nous garder en vie.

Ses lèvres s’étirent dans un sourire, il lui plait de croire que la ville a un cœur, une conscience. Et puis, aussi, il lui est plus simple de parler du reste plutôt que de qui elle est. L’idée s’étire dans son esprit. Et s’il suffisait de demander ? A voix haute comme si la ville pouvait répondre. Et s’il suffisait de prendre, sans effort ?

-Il ne suffit peut-être que d’attendre que ne vienne la nourriture.

Ses yeux se font plus graves. Aurore est Blanche, Blanche est Aurore, mais le cœur n’a nulle innocence. Son imagination est cruelle, la pluie le troisième jour quand le quatrième les tuerait. Combien de temps faudra-t-il donc attendre, combien de jours est-il possible de vivre sans nourriture ? Beaucoup, beaucoup lui souffle la nuit. Aurore ne connait encore la faim, mais elle a déjà le sentiment qu’elle sera terrible.
Et puis soudain, une inquiétude.

-Celou, tu as dit qu’il y en avait d’autres ?
Combien ? Que font-ils ?

La cruauté des hommes est à nulle autre pareille, s’il doit y avoir d’autres personnes dans ce monde, Aurore ne les laisseront pas la manger.
Revenir en haut Aller en bas

En savoir plus sur moi

Messages : 41
Avatar : Jenna Louise Coleman
Votre éveil : 11/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    Dim 16 Avr - 20:54


Rien n'est éternel
Première rencontre

J'écoutais cet homme, Celou, parler. Aussi attentivement que ma concentration défaillante le pouvait. Il répondait à chacune des questions que je lui ai posées avec un calme et une patience à toute épreuve. Sa voix, la première qui caressait mes oreilles depuis mon réveil, me paraissait être le plus beau des sons. Quelque chose émanait de lui, comme une aura qui m'apaisait. Je buvais ses paroles en tentant d'assimiler ce torrent d'informations, la bouche légèrement entre-ouverte. Alors ainsi je n'étais pas la seule à ne connaître de moi que mon prénom? Mais qu'est ce que c'est que ce bordel. Et si nous n'étions pas que trois, combien étions nous dans cette ville? Quelle était l'ampleur de la ville ? Qui nous avait amené ici ? A l'arriver de ces nouvelles questions, mon coeur se remit à accélérer. Quant à ce manque de nourriture et d'eau, je sens que ça allait très vite être problématique. Néanmoins, un sourire sincère se dessina sur mon visage. A plusieurs nous étions plus fort.

J'adressai alors la parole à l'autre femme présente dans la pièce, mais à vrai je n'attendais même pas de réponse. Je ne pensais pas entendre le son de sa voix, du moins pas aujourd'hui, et pourtant... Sa voix était douce mais de faible volume. Sa façon de se tenir, de s'exprimer, d'être tout simplement, m'évoquait un certaine pudeur, ou une timidité peut-être. Blanche. Un prénom qui prenait tout son sens dans une situation comme celle ci.

- Peut-être que ce monde veut nous garder en vie.

Ces mots résonnèrent jusqu'au plus profond de moi. Nous garder en vie? Comme si la ville était vivante. Comme s'il y avait une puissance supérieure qui nous surveillait, nous observait comme des rats dans un laboratoire. Comme si nous n'étions rien de plus que des pions dans un échiquier. Cette idée fit naître en moi une conviction : si nous n'étions que les jouets abîmés d'un enfant capricieux, je ne me laisserai pas faire. Je ne me laisserai pas domptée.

- Attendre que la nourriture vienne ? D'après les dires de Celou ça fait plus de trois jours qu'il est éveillé, et il n'est sûrement pas le seul. Pourtant je n'ai croisé aucun animal, aucune végétation, aucun point d'eau. Si la ville est consciente comme tu sembles le dire, alors pourquoi ne nous donner que des briques grises, que des bâtiments dénués d'émotions ? Non. Je pense que nous sommes livrés à nous mêmes et qu'il nous faudra se battre pour survivre...

Je réfléchis un moment à mes paroles. Oui, elles étaient sorties de ma bouche sans que je puisse les contrôler. Mais je les pensais tellement fort. J'entendis que Blanche parlais encore mais je ne l'écoutais déjà plus.
by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


En savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: [RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어    

Revenir en haut Aller en bas
 

[RP LIBRE - Ouvert à tous] 영원한 건 절대 없어

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sondage ouvert à tous invités et membres merci
» Heart And Hooves Day! [Ouvert a tous! Rp spécial Saint Valentin]
» Une balade pour chercher quelque chose à faire.[Ouvert à tous]
» bonjour a toutes et tous
» Décocher tous les radiobutton ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The City :: Le quartier Nord-